Le blogue

St-Jean Baptiste ou fête nationale?

La date du 24 juin est célébrée depuis très longtemps, bien avant que le Québec existe! En effet, plusieurs sociétés célébraient le solstice d’été, c’est-à-dire le jour le plus long de l’année qui signifiait le retour des récoltes, de l’abondance!

Cette date a été associée à Jean le baptiste qui serait né tout près du solstice d’été. Pour la petite histoire, c’est ce dernier qui aurait baptisé son cousin, un dénommé Jésus!

Les années passèrent et cette tradition fut implantée en 1834 au Canada par Ludger Duvernay, célèbre patriote et éditeur du journal La Minerve qui souhaitait faire revivre cette célébration. Or, il souhaitait surtout lui joindre un caractère politique : la St-Jean Baptiste devient alors la fête des francophones et catholiques habitant le Canada.

Après une interdiction d’être tenue, durant cinq ans, suite aux rébellions de 1837-38, la fête conservera son statut religieux et identitaire pour finalement être déclarée jour férié en 1925 par l’Assemblée législative du Québec (son petit nom à l’époque!). Entre temps, la tradition des défilés de la St-Jean Baptiste s’implante, le premier se tenant à Montréal en 1843.

Comme c’est souvent le cas, la Révolution tranquille amena son vent de changement dans la symbolique de cette célébration qui deviendra la fête nationale des Québécois en 1977 à l’initiative du gouvernement Lévesque. Le 24 juin devient ainsi, au Québec, plus laïque, plus national tout en se limitant au territoire de la province.

De célébration du solstice d’été, à une fête religieuse qui deviendra la fête des francophones du Canada, pour finalement devenir une fête nationale pour les Québécois, le 24 juin témoigne bien l’évolution de notre Québec qui a traversé les siècles et qui a su s’adapter aux changements du monde dans lequel nous vivons grâce à un heureux mélange de résilience et d’ouverture d’esprit.

Joyeuse fête nationale!

Date de publication:
24 juin 2017
Actualités